Collier ras de cou Totem Tigre, Argent 925

Depuis la nuit des temps dans nos cultures tribales, posséder un animal-totem s'est vouloir se rapprocher de la nature et vouloir puiser les forces qu'il recèle pour mieux se les approprier et lui ressembler.

 

Description :

Ce collier ras-de-cou, en Argent 925 millièmes, est composé d'une chaine et d'un pendentif représentant une tête de Tigre stylisée. Cet animal-totem symbolise la force, le courage et la détermination. Il a été entièrement repercé et détouré à la main. Une finition brillante, "poli miroir" a été réalisée afin d'en faire ressortir tous les reliefs. 

  • Longueur de la chaine : 40 cm
  • Dimension du motif : 17 x 17 mm env.
  • Poids : 3,37 g env. 

 

Délai de fabrication : 

1 à 3 semaines.

 

Garantie :

Tous nos bijoux sont poinçonnés :  

  • Du poinçon de Maître (poinçon du Fabricant).
  • Du poinçon d'Etat pour les bijoux en or de plus de 3 grammes et les bijoux en argent de plus de 30 grammes. 

 

Informations :

  • Il est possible de personnaliser la longueur de la chaine. Pour cela, merci de nous contacter à l'aide du Formulaire de Contact.
  • Chaque bijou est livré dans un écrin et un sac cadeau au nom de la marque ainsi qu'un Certificat d'Authenticité.

 

Nos bijoux étant entièrement fabriqués à la main, il peut y avoir de légères différences d’un modèle à l’autre, que ce soit dans le travail du métal comme le choix des pierres serties. C'est ce qui en fait un bijou authentique empreint de singularité.

 

Collier ras de cou Totem Tigre, Argent 925

155,00 €

  • Disponible sur commande
  • Voir nos Conditions de Livraison

Livraison Offerte

dès 300€ en France Métropolitaine

Bijoux créés et fabriqués par une artisane en Métiers d'Art

100% Made in France

Paiement sécurisé

CB, Visa, MasterCard, AmEx



ATELIER & SHOWROOM


7, rue Réaumur

75003 Paris

uniquement sur RDV

 

 myriam@maquisarde.com

 Tél : 07.81.91.67.16


SUIVEZ-MOI 




© 2017 MAQUISARDE - Marque et modèles déposés - tous droits réservés                                                                                           Crédit photographique : François Escriva